Est-ce un hasard s'il s'avère exister un curieux parallèle entre la vocation de l'ARBP qui fut celle de faire confluer vers elle les nombreuses associations environnantes et l'histoire du quartier où elle s'est implantée, histoire caractérisée par la multitude de sources et rivières qui s'y rencontrèrent.

Le "territoire" concerné par l'ARBP, avant son rattachement à Paris en 1860, dépendait du "petit Gentilly". Il est "grosso modo" compris entre le Boulevard Kellermann, les rues de l'Amiral Mouchez, de Tolbiac et l'Avenue d'Italie. Le souvenir de l'eau est ici évoqué en maints endroits par les mots inscrits sur les plaques de rues ou de places. Ce sont : les "peupliers" qui, de "poterne" à "rue" rappellent ces arbres qui bordaient la Bièvre zigzaguant alors de Moulins...(de la Pointe, des Prés) en Moulinet. " Rungis " évoque aujourd'hui la proximité du bel aqueduc construit au temps de Louis XIII.