la rentrée scolaire de l'école Kuss
à l'Automne 1934
En 1912, est construite l'une des premières H.L.M de Paris dans ce qui n'est encore qu'une impasse donnant dans l'ancienne rue du Pot au Lait rebaptisée du nom d'un célèbre gastronome : Brillat Savarin. Avec l'installation ici de multiples familles nombreuses, la construction d'une école s'avère indispensable : elle est donc édifiée à proximité, rue Küss et les enfants peuvent y être accueillis dès la rentrée de 1934.On peut facilement imaginer combien les conditions de vie de cette population ouvrière sont difficiles et c'est sans doute la raison pour laquelle il existe peu d'endroits dans Paris qui aient suscit d'aussi nombreux mouvements de solidarité, d'oeuvres caritatives, tant religieuses que laïques.

C'est au milieu du XIXème siècle, la soeur Rosalie qui se dépense sans compter pour les habitants de l'arrondissement qu'elle appelle son "diocèse", l'édification, plus tard, sous l'impulsion de l'Armée du Salut de "la Cité du Refuge", la création en 1935, par Paulin Enfert de l'oeuvre de "La Mie de Pain" (à laquelle s'impliquèrent plusieurs éminentes personnalités dont Péguy) qui servait 200 000 rations entre novembre et Pâques en 1969. Auparavant, déjà, la Mairie du XIIIème s'avère pionnière en matière sociale : elle ouvre dès 1880 des cantines scolaires et deux tiers des portions sont gratuites en 1911.

Plus près de nous, les conditions de vie dans les grands ensembles restent extrêmement précaires et suscitent l'intervention de nombreuses associations comme l'attention des pouvoirs publics.C'est ainsi que la Cité Brillat Savarin a bénéficié en 1995 du statut d'ilôt sensible et qu'y sont toujours menées, parallèlement aux indispensables opérations de réhabilitation des locaux, de multiples actions socio-éducatives et d'intégration. Celles-ci sont prises en charge par les diverses associations qui se déploient dans tout le secteur et dont les activités concernent non seulement les jeunes mais aussi entre autres catégories d'habitants, celle des femmes. Ainsi, grâce à ces efforts conjugués, auxquels l'ARBP prend une large part, ce quartier est en passe de devenir progressivement l'un des plus conviviaux de l'arrondissement.