Plus de 250 projets d'habitant

 

ont déjà vu le jour !

 

A quand le vôtre ?

 

 

Sensibilisation à la propreté par Dominique.

Au cours de réunions avec la GUP, l'association des locataires de Paul Bourget et Square Rosny Aîné a décidé d'organiser une journée pédagogique sur la propreté dans leur cité. Au cours de cette manifestation qui s'est déroulée le samedi 4 juillet 2015, nous avons eu la joie de voir de nombreux jeunes enfants participer avec plaisir à ce programme. Des adultes nous ont également soutenus. Cette journée a pu se faire grâce à l'aide très efficace de la voierie et notamment avec la participation d'un membre de celle-ci affecté à l'entretien de notre cité. Sans l'aide de FAIH et de l'équipe de développement local en présence d'un adjoint au Maire cette journée n'aurait pas pu se réaliser avec autant d'efficacité.

Dominique

 


 

La chasse aux œufs des enfants de la Brillat.

Cette année, les mamans des résidences Brillat-Savarin / Fontaine à Mulard ont décidé de s’unir et de collaborer à la construction d’un projet FAIH en direction des enfants de leurs immeubles. De l’élaboration de chacune des étapes nécessaires à l’organisation de l’action à l’animation de la journée, elles ont ainsi pu proposer une chasse aux œufs au sein du jardin familial situé au cœur de leur résidence. Mais qu’en ont pensé les intéressés ? Tiana et Enzo, accompagnés de leur maman Milica porteuse de l’action, nous expliquent avec leurs mots le déroulement de l’événement.

Racontez moi cette journée :

Tiana et Enzo : Nous étions avec les enfants du quartier à chercher les œufs en chocolat dans la cour. (Cet espace joignant la rue de la Fontaine à Mulard à la rue Küss.). Il ne fallait pas aller dans les parcelles de jardin. Il y avait du monde, nos amis et leur maman !

Au final cette chasse aux œufs était plus un projet festif qu’un cours sur la religion ?

Milica : Évidemment, les enfants sont plus attirés par les œufs en chocolat qu’aux cours de religion, et puis ce n’était pas non plus le but du projet. Cependant ils ont posé les bonnes questions et ont été curieux. I

Et pourquoi il y avait des œufs en chocolat dans la cour ce jour-là ? :

Tiana et Enzo : Parce que c’est Pâques ! On mange du chocolat et on partage avec nos amis.

Milica : Tiana et Enzo ont beaucoup aimé partager avec leurs petits camarades. C’était une après-midi chaleureuse, et conviviale, ils n’ont pas encore vraiment l’âge de comprendre toutes les fêtes de notre calendrier.

 

Veillée Liberté par Valérie et Nadège.

En réaction aux évènements dramatiques de ce début d’année, Courant d'Art Frais a souhaité offrir un temps d’échange à son public et particulièrement aux enfants afin de libérer la parole, d’observer et de discuter ensemble d’un maximum de points de vue. La Fédération Nationale des Maisons des Potes est venue animer cet évènement baptisé Veillée Liberté et le Fond d’Aide aux Initiatives des Habitants qui a été sollicité pour financer l’action. Le 6 février à 19h, onze enfants âgés de huit à douze ans, cinq mamans et trois habitants, tous maquillés et endimanchés, se sont retrouvés à l’Espace Bièvre pour partager le verre de l’amitié, quelques friandises et un grand moment d’échange. Les deux courts films projetés - c’est quoi la liberté d’expression ? et c’est quoi la laïcité? - ont servi d’amorce au débat qui a suivi. Grâce à la participation active d’Erik Pagès et de La Fédération Nationale des Maisons des Potes, cette initiative a permis d’entendre les incompréhensions, les peurs et particulièrement celles des enfants. Aucune parole de haine, de colère ne s’est exprimée. Juste un grand désir d’être entendu. Alors, les oreilles ont fait leur travail d’écoute. Ce fut également l’occasion de revenir sur les fondements de notre société laïque et démocratique, de repréciser certaines notions telles que discrimination, racisme, exclusion et d’engager de nouvelles pistes de questionnement. La Fédération Nationale des Maisons des Potes, qui a plutôt l’habitude d’intervenir auprès des adolescents, a témoigné de sa satisfaction face à l’ouverture d’esprit des enfants de cet âge. Alors puisque c’est maintenant qu’il faut agir, rendez-vous tous à la prochaine Veillée Liberté le 10 avril prochain, 19h à l’Espace Bièvre. Et si vous souhaitez vous-même, en tant qu’habitant ou qu’association organiser un évènement collectif avec une projection de film, le FAIH dispose dorénavant d’un vidéoprojecteur

Nadège et Valérie de Courant d’Art Frais

 


Contes au Jardin par Julie

Si les organismes sociaux, la Ville de Paris, les centres d’animations, ainsi que les associations du quartier sont un véritable soutien aux familles tant dans l’accompagnement à la scolarité que dans l’accès à la culture et aux loisirs, certains habitants, eux aussi, se soucient du bien-être des enfants. C’est le cas de Julie Benoit qui a décidé de saisir le Fonds d’Aides aux Initiatives des Habitants afin d’offrir aux plus jeunes habitants de notre quartier un moment d’évasion. Par l’intermédiaire de contes et de ses marionnettes, elle a permis, le 18 juin 2014, aux petits et aux grands de partir à la découverte d’un monde extraordinaire tout en les sensibilisant aux valeurs universelles de tolérance, d’entraide et de respect. Rencontre avec Julie, une habitante impliquée.

Julie, comment t’est venue cette idée de proposer des contes aux enfants du square ?

J’aime les contes et donc j’aime les partager, et raconter des histoires aux enfants du quartier m’a toujours beaucoup plu. J’avais déjà eu l’occasion de faire quelques soirées contes dans le quartier, mais je voulais proposer une après-midi en extérieur. Et P. Grimault est un auteur dont je suis fan....Donc cela faisait déjà longtemps que j avais envie de réaliser une après-midi contes sur le thème des oiseaux. C'est aussi une belle façon de rendre honneur à P. Grimault

Quelles histoires leur as-tu racontées ?

J’ai raconté trois histoires. La première était un conte amérindien "le jeune homme et l’oiseau plongeon", le deuxième un conte traditionnel ancien connu sous le nom de l’aigle et du roitelet et le troisième un conte traditionnel brésilien " juruva, l’oiseau de feu".

Pourquoi as-tu choisi ces histoires en particulier ?

Dans ces trois histoires, il était question de solidarité, de respect des différences et de respect de la nature et d’amour universel.

Tu n’étais pas seule à nous raconter ces histoires. Présente-nous un peu qui t‘accompagnait ?

J’ai raconté mes histoires en commençant par introduire le moment à l’aide d’un masque. Ensuite, j'ai confectionné une grosse marionnette oiseau, une sorte d’aigle.

Comment as-tu vécu ce moment ?

J’ai été vraiment très heureuse de ce moment .... Un peu anxieuse au début, puis ensuite je me suis détendue et ça s’est vraiment bien passé. Ce qui a été le plus dur finalement, c’est la météo ... Car le jour J, il a plu et il a donc fallu reporter l’événement !!!

Pourquoi avoir demandé l’aide du FAIH ?

J’ai demandé une aide du FAIH car la fabrication des marionnettes m’a demandé l’achat de matériel un peu onéreux ( peintures, plumes, terre....). Sans cette aide, je n’aurai pas pu faire les marionnettes et ça aurait été vraiment dommage car c’était ce que les enfants ont le plus aimé. C’était vraiment magique, les enfants étaient émerveillés, c’est un des moments qui les a le plus touchés.

 


Sensibilisation à la propreté par Dominique.

Au cours de réunions avec la GUP, l'association des locataires de Paul Bourget et Square Rosny Aîné a décidé d'organiser une journée pédagogique sur la propreté dans leur cité.

Au cours de cette manifestation qui s'est déroulée le samedi 4 juillet 2015, nous avons eu la joie de voir de nombreux jeunes enfants participer avec plaisir à ce programme. Des adultes nous ont également soutenus.

Cette journée a pu se faire grâce à l'aide très efficace de la voierie et notamment avec la participation d'un membre de celle-ci affecté à l'entretien de notre cité.

Sans l'aide de FAIH et de l'équipe de développement local en présence d'un adjoint au Maire cette journée n'aurait pas pu se réaliser avec autant d'efficacité. Dominique

La chasse aux œufs des enfants de la Brillat.

Cette année, les mamans des résidences Brillat-Savarin / Fontaine à Mulard ont décidé de s’unir et de collaborer à la construction d’un projet FAIH en direction des enfants de leurs immeubles.

De l’élaboration de chacune des étapes nécessaires à l’organisation de l’action à l’animation de la journée, elles ont ainsi pu proposer une chasse aux œufs au sein du jardin familial situé au cœur de leur résidence. Mais qu’en ont pensé les intéressés ?

Tiana et Enzo, accompagnés de leur maman Milica porteuse de l’action, nous expliquent avec leurs mots le déroulement de l’événement.

Racontez moi cette journée :

Tiana et Enzo : Nous étions avec les enfants du quartier à chercher les œufs en chocolat dans la cour. (Cet espace joignant la rue de la Fontaine à Mulard à la rue Küss.). Il ne fallait pas aller dans les parcelles de jardin. Il y avait du monde, nos amis et leur maman !

Au final cette chasse aux œufs était plus un projet festif qu’un cours sur la religion ?

Milica : Évidemment, les enfants sont plus attirés par les œufs en chocolat qu’aux cours de religion, et puis ce n’était pas non plus le but du projet. Cependant ils ont posé les bonnes questions et ont été curieux. I

Et pourquoi il y avait des œufs en chocolat dans la cour ce jour-là ? :

Tiana et Enzo : Parce que c’est Pâques ! On mange du chocolat et on partage avec nos amis.

Milica : Tiana et Enzo ont beaucoup aimé partager avec leurs petits camarades. C’était une après-midi chaleureuse, et conviviale, ils n’ont pas encore vraiment l’âge de comprendre toutes les fêtes de notre calendrier.

Veillée Liberté par Valérie et Nadège.

En réaction aux évènements dramatiques de ce début d’année, Courant d'Art Frais a souhaité offrir un temps d’échange à son public et particulièrement aux enfants afin de libérer la parole, d’observer et de discuter ensemble d’un maximum de points de vue.

La Fédération Nationale des Maisons des Potes est venue animer cet évènement baptisé Veillée Liberté et le Fond d’Aide aux Initiatives des Habitants qui a été sollicité pour financer l’action.

Le 6 février à 19h, onze enfants âgés de huit à douze ans, cinq mamans et trois habitants, tous maquillés et endimanchés, se sont retrouvés à l’Espace Bièvre pour partager le verre de l’amitié, quelques friandises et un grand moment d’échange.

Les deux courts films projetés - c’est quoi la liberté d’expression ? et c’est quoi la laïcité? - ont servi d’amorce au débat qui a suivi.

Grâce à la participation active d’Erik Pagès et de La Fédération Nationale des Maisons des Potes, cette initiative a permis d’entendre les incompréhensions, les peurs et particulièrement celles des enfants. Aucune parole de haine, de colère ne s’est exprimée. Juste un grand désir d’être entendu.

Alors, les oreilles ont fait leur travail d’écoute.

Ce fut également l’occasion de revenir sur les fondements de notre société laïque et démocratique, de repréciser certaines notions telles que discrimination, racisme, exclusion et d’engager de nouvelles pistes de questionnement.

La Fédération Nationale des Maisons des Potes, qui a plutôt l’habitude d’intervenir auprès des adolescents, a témoigné de sa satisfaction face à l’ouverture d’esprit des enfants de cet âge.

Alors puisque c’est maintenant qu’il faut agir, rendez-vous tous à la prochaine Veillée Liberté le 10 avril prochain, 19h à l’Espace Bièvre.

Et si vous souhaitez vous-même, en tant qu’habitant ou qu’association organiser un évènement collectif avec une projection de film, le FAIH dispose dorénavant d’un vidéoprojecteur

Nadège et Valérie

Courant d’Art Frais

Contes au Jardin par Julie

Si les organismes sociaux, la Ville de Paris, les centres d’animations, ainsi que les associations du quartier sont un véritable soutien aux familles tant dans l’accompagnement à la scolarité que dans l’accès à la culture et aux loisirs, certains habitants, eux aussi, se soucient du bien-être des enfants. C’est le cas de Julie Benoit qui a décidé de saisir le Fonds d’Aides aux Initiatives des Habitants afin d’offrir aux plus jeunes habitants de notre quartier un moment d’évasion. Par l’intermédiaire de contes et de ses marionnettes, elle a permis, le 18 juin 2014, aux petits et aux grands de partir à la découverte d’un monde extraordinaire tout en les sensibilisant aux valeurs universelles de tolérance, d’entraide et de respect. Rencontre avec Julie, une habitante impliquée.

Julie, comment t’est venue cette idée de proposer des contes aux enfants du square ?

J’aime les contes et donc j’aime les partager, et raconter des histoires aux enfants du quartier m’a toujours beaucoup plu. J’avais déjà eu l’occasion de faire quelques soirées contes dans le quartier, mais je voulais proposer une après-midi en extérieur. Et P. Grimault est un auteur dont je suis fan....Donc cela faisait déjà longtemps que j avais envie de réaliser une après-midi contes sur le thème des oiseaux. C'est aussi une belle façon de rendre honneur à P. Grimault

Quelles histoires leur as-tu racontées ?

J’ai raconté trois histoires. La première était un conte amérindien "le jeune homme et l’oiseau plongeon", le deuxième un conte traditionnel ancien connu sous le nom de l’aigle et du roitelet et le troisième un conte traditionnel brésilien " juruva, l’oiseau de feu".

Pourquoi as-tu choisi ces histoires en particulier ?

Dans ces trois histoires, il était question de solidarité, de respect des différences et de respect de la nature et d’amour universel.

Tu n’étais pas seule à nous raconter ces histoires. Présente-nous un peu qui t‘accompagnait ?

J’ai raconté mes histoires en commençant par introduire le moment à l’aide d’un masque. Ensuite, j'ai confectionné une grosse marionnette oiseau, une sorte d’aigle.

Comment as-tu vécu ce moment ?

J’ai été vraiment très heureuse de ce moment .... Un peu anxieuse au début, puis ensuite je me suis détendue et ça s’est vraiment bien passé. Ce qui a été le plus dur finalement, c’est la météo ... Car le jour J, il a plu et il a donc fallu reporter l’événement !!!

Pourquoi avoir demandé l’aide du FAIH ?

J’ai demandé une aide du FAIH car la fabrication des marionnettes m’a demandé l’achat de matériel un peu onéreux ( peintures, plumes, terre....). Sans cette aide, je n’aurai pas pu faire les marionnettes et ça aurait été vraiment dommage car c’était ce que les enfants ont le plus aimé. C’était vraiment magique, les enfants étaient émerveillés, c’est un des moments qui les a le plus touchés.

Sensibilisation à la propreté par Dominique.

Au cours de réunions avec la GUP, l'association des locataires de Paul Bourget et Square Rosny Aîné a décidé d'organiser une journée pédagogique sur la propreté dans leur cité.

Au cours de cette manifestation qui s'est déroulée le samedi 4 juillet 2015, nous avons eu la joie de voir de nombreux jeunes enfants participer avec plaisir à ce programme. Des adultes nous ont également soutenus.

Cette journée a pu se faire grâce à l'aide très efficace de la voierie et notamment avec la participation d'un membre de celle-ci affecté à l'entretien de notre cité.

Sans l'aide de FAIH et de l'équipe de développement local en présence d'un adjoint au Maire cette journée n'aurait pas pu se réaliser avec autant d'efficacité. Dominique

La chasse aux œufs des enfants de la Brillat.

Cette année, les mamans des résidences Brillat-Savarin / Fontaine à Mulard ont décidé de s’unir et de collaborer à la construction d’un projet FAIH en direction des enfants de leurs immeubles.

De l’élaboration de chacune des étapes nécessaires à l’organisation de l’action à l’animation de la journée, elles ont ainsi pu proposer une chasse aux œufs au sein du jardin familial situé au cœur de leur résidence. Mais qu’en ont pensé les intéressés ?

Tiana et Enzo, accompagnés de leur maman Milica porteuse de l’action, nous expliquent avec leurs mots le déroulement de l’événement.

Racontez moi cette journée :

Tiana et Enzo : Nous étions avec les enfants du quartier à chercher les œufs en chocolat dans la cour. (Cet espace joignant la rue de la Fontaine à Mulard à la rue Küss.). Il ne fallait pas aller dans les parcelles de jardin. Il y avait du monde, nos amis et leur maman !

Au final cette chasse aux œufs était plus un projet festif qu’un cours sur la religion ?

Milica : Évidemment, les enfants sont plus attirés par les œufs en chocolat qu’aux cours de religion, et puis ce n’était pas non plus le but du projet. Cependant ils ont posé les bonnes questions et ont été curieux. I

Et pourquoi il y avait des œufs en chocolat dans la cour ce jour-là ? :

Tiana et Enzo : Parce que c’est Pâques ! On mange du chocolat et on partage avec nos amis.

Milica : Tiana et Enzo ont beaucoup aimé partager avec leurs petits camarades. C’était une après-midi chaleureuse, et conviviale, ils n’ont pas encore vraiment l’âge de comprendre toutes les fêtes de notre calendrier.

Veillée Liberté par Valérie et Nadège.

En réaction aux évènements dramatiques de ce début d’année, Courant d'Art Frais a souhaité offrir un temps d’échange à son public et particulièrement aux enfants afin de libérer la parole, d’observer et de discuter ensemble d’un maximum de points de vue.

La Fédération Nationale des Maisons des Potes est venue animer cet évènement baptisé Veillée Liberté et le Fond d’Aide aux Initiatives des Habitants qui a été sollicité pour financer l’action.

Le 6 février à 19h, onze enfants âgés de huit à douze ans, cinq mamans et trois habitants, tous maquillés et endimanchés, se sont retrouvés à l’Espace Bièvre pour partager le verre de l’amitié, quelques friandises et un grand moment d’échange.

Les deux courts films projetés - c’est quoi la liberté d’expression ? et c’est quoi la laïcité? - ont servi d’amorce au débat qui a suivi.

Grâce à la participation active d’Erik Pagès et de La Fédération Nationale des Maisons des Potes, cette initiative a permis d’entendre les incompréhensions, les peurs et particulièrement celles des enfants. Aucune parole de haine, de colère ne s’est exprimée. Juste un grand désir d’être entendu.

Alors, les oreilles ont fait leur travail d’écoute.

Ce fut également l’occasion de revenir sur les fondements de notre société laïque et démocratique, de repréciser certaines notions telles que discrimination, racisme, exclusion et d’engager de nouvelles pistes de questionnement.

La Fédération Nationale des Maisons des Potes, qui a plutôt l’habitude d’intervenir auprès des adolescents, a témoigné de sa satisfaction face à l’ouverture d’esprit des enfants de cet âge.

Alors puisque c’est maintenant qu’il faut agir, rendez-vous tous à la prochaine Veillée Liberté le 10 avril prochain, 19h à l’Espace Bièvre.

Et si vous souhaitez vous-même, en tant qu’habitant ou qu’association organiser un évènement collectif avec une projection de film, le FAIH dispose dorénavant d’un vidéoprojecteur

Nadège et Valérie

Courant d’Art Frais

Contes au Jardin par Julie

Si les organismes sociaux, la Ville de Paris, les centres d’animations, ainsi que les associations du quartier sont un véritable soutien aux familles tant dans l’accompagnement à la scolarité que dans l’accès à la culture et aux loisirs, certains habitants, eux aussi, se soucient du bien-être des enfants. C’est le cas de Julie Benoit qui a décidé de saisir le Fonds d’Aides aux Initiatives des Habitants afin d’offrir aux plus jeunes habitants de notre quartier un moment d’évasion. Par l’intermédiaire de contes et de ses marionnettes, elle a permis, le 18 juin 2014, aux petits et aux grands de partir à la découverte d’un monde extraordinaire tout en les sensibilisant aux valeurs universelles de tolérance, d’entraide et de respect. Rencontre avec Julie, une habitante impliquée.

Julie, comment t’est venue cette idée de proposer des contes aux enfants du square ?

J’aime les contes et donc j’aime les partager, et raconter des histoires aux enfants du quartier m’a toujours beaucoup plu. J’avais déjà eu l’occasion de faire quelques soirées contes dans le quartier, mais je voulais proposer une après-midi en extérieur. Et P. Grimault est un auteur dont je suis fan....Donc cela faisait déjà longtemps que j avais envie de réaliser une après-midi contes sur le thème des oiseaux. C'est aussi une belle façon de rendre honneur à P. Grimault

Quelles histoires leur as-tu racontées ?

J’ai raconté trois histoires. La première était un conte amérindien "le jeune homme et l’oiseau plongeon", le deuxième un conte traditionnel ancien connu sous le nom de l’aigle et du roitelet et le troisième un conte traditionnel brésilien " juruva, l’oiseau de feu".

Pourquoi as-tu choisi ces histoires en particulier ?

Dans ces trois histoires, il était question de solidarité, de respect des différences et de respect de la nature et d’amour universel.

Tu n’étais pas seule à nous raconter ces histoires. Présente-nous un peu qui t‘accompagnait ?

J’ai raconté mes histoires en commençant par introduire le moment à l’aide d’un masque. Ensuite, j'ai confectionné une grosse marionnette oiseau, une sorte d’aigle.

Comment as-tu vécu ce moment ?

J’ai été vraiment très heureuse de ce moment .... Un peu anxieuse au début, puis ensuite je me suis détendue et ça s’est vraiment bien passé. Ce qui a été le plus dur finalement, c’est la météo ... Car le jour J, il a plu et il a donc fallu reporter l’événement !!!

Pourquoi avoir demandé l’aide du FAIH ?

J’ai demandé une aide du FAIH car la fabrication des marionnettes m’a demandé l’achat de matériel un peu onéreux ( peintures, plumes, terre....). Sans cette aide, je n’aurai pas pu faire les marionnettes et ça aurait été vraiment dommage car c’était ce que les enfants ont le plus aimé. C’était vraiment magique, les enfants étaient émerveillés, c’est un des moments qui les a le plus touchés.